Parution : 2012, la campagne présidentielle

Simon Gadras et Fabienne Greffet ont publié un chapitre dans l’ouvrage dirigé par Raul Magni-Berton et Jacques Gerstlé sur la campagne présidentielle 2012 en France.

À travers une présentation des grands groupes de recherche qui ont couvert l’élection du chef de l’État en 2012, et de leurs principaux résultats, le livre 2012, la campagne présidentielle offre une vision pertinente de ce qui se fait aujourd’hui en France en termes d’analyse du scrutin présidentiel. Regroupés en trois ensembles relatifs à la contribution des médias, aux comportements des électeurs et aux pratiques des candidats, ces recherches permettent de dégager une approche synthétique du phénomène de la campagne électorale.

Le chapitre rédigé par Simon Gadras et Fabienne Greffet est intitulé « La présence web des candidats en 2012. Espaces officiels et espaces non-officiels de campagne ».

Résumé du chapitre
Depuis les années 1990, la diffusion croissante d’internet a multiplié les supports sur lesquels ces campagnes s’organisent, et les occasions d’interaction entre promoteurs des candidats, soutiens potentiels ou effectifs, concurrents et opposants. En 2012, les « ripostes parties » organisées par les équipes de François Hollande et Nicolas Sarkozy sur Twitter, les récompenses symboliques distribuées via les sites officiels à des citoyens investis dans la mobilisation en ligne pour un candidat, ou le recours à la co-production avec les internautes de vidéos ou de photos, témoignent des tentatives de renouveler les techniques de campagnes électorales, en exploitant la diversité des espaces web disponibles : sites, forums, blogs, réseaux sociaux, plateformes vidéos. Les recherches dans ce domaines soulignent qu’en dépit du caractère extrêmement spécifique du public qui s’expose et participe à la campagne présidentielle en ligne, les équipes de communication ont largement intégré les technologies numériques. Ce texte présente une analyse des espaces web sur lesquels la webcampagne a eu lieu. Il montre qu’ils sont utilisés dans le but de fédérer des soutiens en ligne, mais aussi de médiatiser les actions des candidats. Les équipes de campagne s’appuient pour cela de façon extensive sur la cyberprésence, définie comme l’occupation des différents espaces du web par des contenus au nom du candidat ou de la campagne.